Rawnaissance : le Best Trick contest pas rawporté


Rares sont les contests de skateboard ayant lieu en plein centre-ville. Difficile d'en imaginer un là où un simple passage avec le tien est passible d'une amende ! En ce 1er octobre à Thionville, on ne risquait apparemment rien, nous les skateurs, mais aussi autres bikers et rollerbladers, dont la simple présence a exacerbé le caractère éclectique de l'évènement. Même s'il n'y avait que deux pratiquants respectifs de ces deux disciplines, le ressenti du futur skatepark intérieur thionvillois posé ici en avant-première allait d'une manière ou d'une autre faire rapidement écho, tous sports extrêmes confondus. Oui, le bouche à oreille reste un média dominant dans notre milieu chatoyant de drogués à l'adrénaline. Pas mal de gens présents, inconnus au bataillon de la glisse, étaient déja informés du fameux projet rawdogs, dont Rawnaissance était annonciateur.


Grosse surprise en arrivant sur les pavés détrempés de la place rectangulaire débarassée de ses pots de fleurs et autres bancs, il y a des trotinettes ! Bonne surprise au final, car ils avaient, pour certains, ramené des skateboards, ce qui est toujours mieux que l'inverse (auraient-ils enfin compris ?). L'arrêté portant autorisation d'occupation du domaine public était signé quelques jours avant et la place au bois allait devenir la nôtre pour une journée entière. Une demi-journée disons, car ce samedi portait sous son aile la dégueulassitude climatique... dès 8h du matin.. dès la veille pardon, avec comme simple lueur d'optimisme certaines voies qui disaient "avec ce qui tombe ce soir, il devrait faire beau demain matin !". Tu parles...



Mais qu'importe, Rawnaissance devait obligatoirement avoir lieu, vu les efforts consentis par chacun pour que le contest voit le jour (dont Laura la gérante du skateshop local qui voulait le faire depuis longue date). Plus qu'un contest, c'était l'occasion pour tous les rideurs de tester en avant première les modules de ce qui allait devenir le seul skatepark couvert de Moselle (hormis celui de Blida à Metz), qui ouvrira avant la fin d'année dans la zone du Linkling (on tait pour le moment l'emplacement exact, chaque surprise en son temps). Rien que pouvoir l'annoncer officiellement à la foule comme la nouvelle du siècle, dans un secteur où la pluviométrie et le froid démotivent grave (annhilent toute forme de motivation pour être franc) durant l'hiver (toute l'année en vérité) était déja une fin en soi.



D'ailleurs, le skatepark devait à la base être agencé sur plus de la moitié de la place, mais vu qu'à midi la pluie ne s'était toujours pas arrêtée, nous avons opté en urgence pour notre formule préférée : le Do It Yourself. En gros, improviser un nouveau skatepark plus petit mais suffisamment décent. Notre mission devenait la suivante : pouvoir faire un maximum de tricks avec le minimum d'infrastructures possibles, et ça dans un délai record, en connaissance de ce qui ferait le plus plaiz' à nos roulettes (où roues, oui eclectisme oblige..). A cause du retard accumulé par les précipitations, l'équipe RawDogs s'est d'ailleurs tâté à annuler le contest. Quedalle, Rawdogs n'a pas peur de l'eau, on l'a même utilisé pour organiser un powerslide contest plus tard, mais ça, c'est une autre histoire.



Vous savez, nous sommes des gens simples, nous pouvons passer des après-midi entières à rider des briques au sol, alors bon, on allait forcément s'éclater comme pas mille avec ce bricolage éphémère, légo-isé en 2-2 par notre main d'oeuvre pris sur le tas et grâce aux constructeurs, Jonjon et Sud. Le camion encore chargé avait été extirpé de son précieux contenu et à 14H, le skatepark était là. Si la pluie avait recommencé à s'abbatre, je pense que l'on aurait organisé un suicide collectif dessus, vu qu'aucun produit assurant l'imperméabilité n'avait été apposé au préalable.


Bref, les festivités êtaient prêtes à être lancées. La micro-rampe Organ se dêvétissait de sa bâche, il ne manquait plus qu'à installer le bois de plaquage, et Jonjon fixait les derniers coups de visseuses dans le skatepark quelques mètres plus loin pour centrer au mieux le curb, que certains rideurs prenaient d'assaut, comme Hassan Hamdino en boardslide nollie bigspin out, 5-0 shuv-it out ou grind tailslide.

Les rideurs parcouraient de long en large le skatepark, d'un kicker à un autre, flottant au dessus du gap pour compléter leurs allers-retours, comme par exemple Anthony Cappato en nollie 360 shuv-it ou Lucas Narboni en Fakie Inward heelflip. Oui, le contest avait bel et bien commencé. Ca sentait l'empressement sur la plateforme du kicker, aucune bousculade et gérémiade cependant, délaissés à certains agents venus de plaindre d'un volume trop fort chez le DJ deux heures avant.



Les plus chauds ne faisaient qu'un aller dans le park sans jamais revenir, sautant au dessus de la barrière servant à la délimitation de l'espace piétonnier, comme Melvyn Buisset en Ollie, Jolan Trinh et Tom Powalka en backside kickflip. On ne se doutait pas qu'un accident allait survenir quand Marco Savonaroia partit en sucette à cause d'un pied resté sur la board au moment de s'éjecter de celle-ci. BOUM, la chute qui s'ensuit sur le dos ne sera pas battue pour la récompense du meilleur slam, c'est clair et net. Il était pourtant à l'aise sur ce kicker où il replaquait ses boneless 180 presque à tous les coups à partir de l'autre en amont. Le mec n'est pas costaud que physiquement, car il reprit rapidement du poil de la bête et repartit au combat sans attendre.



Les figures ont été nombreuses sur le kicker : BigSpin de Crocky en chatouillant presque l'arrête, 360 Flip to Fakie par Mathieu Sornin auquel il ajouta un shuv-it supplémentaire l'instant d'après pour remporter la seconde place de ce Best Trick Contest. 540 Flip donc. Rémy Ammour arrive troisième avec un 360 flip to fakie du gros planc au plus petit. A croire que le jury fait des préférences pour les thionvillois et les goofy... non le brave jeune se sera bien donné en lançant un impossible full speed sur le sol humide quand l'averse a sonné et que le skatepark a été déserté. D'ailleurs, Hassan Hamdino nous a balancé deux varial heelflip dignes de ce noms également bien rapides. La moindre tranchette aurait pu le faire glisser comme Rodney Mullen en primo dans une école californienne parsemée de wax.

Je me rends compte qu'en écrivant ce report j'ai évoqué la deuxième et troisième place du contest, et qu'il manque la première.. je réalise aussi que les couilles du gagnant répondent également aux abonnés absents mais que paradoxalement elles l'ont fait gagner. Ceux et celles qui ont assisté à sa chute façon cheval et son fabuleux grind peuvent témoigner à la barr(ière) : Jolan Trinh remporte haut la main le Best Trick du contest organisé pour Rawnaissance, avec un grind formidable soutenu par Alex Trento, caché derrière le kicker, qui s'est assuré que rien n'allait trembler ! En tout cas, la foule a bien vibré et les applaudissements ont détonné. Elle a d'ailleurs plaidé le défonçage de skatepark intensif.



Dans l'objectif de satisfaire l'appétit canin de chacun, Rawdogs a transposé les badauds, rideurs et convié alcooliques et autres illustres inconnus de mettre le feu à la rampe pour finir en beauté, soit par les cris, soit par les tricks. La micro-rampe Organ a été placé devant le Zone Libre. Olivier Comazzi, l'ancien gérant, est venu représenter fièrement le skateshop que j'ai connu en étant chiot. Il a pèté le coping dans toute sa longueur en 5-0 Fakie décontracté avec le smile, pendant que Fabrice aka Panda mettait des noseblunts sur le bambou. Rudy a débarqué avec des gros flip front, puis un terrible flip to Fakie. Rémy s'est illustré avec un NBD du style switch no comply pressure flip body varial (j'ai cru que j'allais avalé ma langue et m'étouffer en le prononçant durant la remise des prix) et un 360 flip rock sur commande.


Les trois winners !

Ne soyez pas jaloux si le maire de Thionville a gagné sa planche Raw Dogs sans participer au contest : c'est grâce à lui qu'on a pu l'organiser.

Conclusion par Manolo & Kanet : il n'a pas fait beau il n'a pas fait chaud mais bordel ce qu'on s'est marré ! See you next year for Rawnaissance 2...


Merci aux artistes présents : live painting par Aude Pastor sur le cruiser qui a été remis au gagnant du contest, plan incliné graffé par Toy Art et Lutin Malin, stand tattoo par NRX. 


Merci aux groupes, Black Cat and White Wolf et Olden World Limit.